Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

Le réveil est un peu rude ce matin, car Xavier et moi avons peu dormi afin d' immortaliser le premier coucher de Soleil arctique sur nos appareils photos. Pourtant aujourd'hui, une grosse journée nous attend. Nous allons devoir quitter le col où nous nous trouvons pour descendre la totalité du glacier Grete Gletscher. Mais pour l'instant, l'heure est au petit déjeuner. Les réchauds à essence crachent déjà leur flamme dans un vacarme assourdissant. L'eau est en train de frémir dans les casserolles et tout le monde s'affaire à démonter le camps. Toby est encore endormi, lotti au milieu des rochers. Je me presse pour sortir du duvet car c'est moi qui porte les rations de céréales des petits déjeuner dans mon sac-à-dos, et je sens comme une certaine impatience chez mes co-équipiers. Nos petits déjeuners se composent de céréales, café soluble, thé ou chocolat (selon les goûts) et de lait en poudre. C'est assez sommaire mais suffisant pour démarrer la journée du bon pied. Pour Xavier et moi, le camps est vite plié étant donné que nous n'avons pas monté la tente hier soir pour dormir en plein air, ce qui je dois bien reconnaître, a des avantages non négligeables, surtout le matin lorsqu'on est pas encore complètement opérationnel.

Nous nous mettons finalement en marche sur les coups de neuf heures. Dans le ciel, il n'y a pas l'ombre d'un nuage (A cette époque de l'année la côte Est du Groenland bénéficie d'un régime anticylconique en raison d'une masse d'air froid descendue du pôle qui maintient la pression atmosphérique à un niveau élevé). Un couloir mène directement au glacier depuis le col mais la présence de rimaye en bordure de la langue de glace nous oblige à trouver un itinéraire de descente plu sûr. Aussi, nous décidons de poursuivre notre course sur l'arête qui conduit au col, en espérant trouver un passage pour atteindre la glace. Le paysage dans lequel nous évoluons est majestueux. Le glacier est gigantesque et il est dominé par d'imposantes montagnes hérissées de piques acérées qui se dressent vers le ciel. Ici on se sent minuscule et insignifiant devant tant de gigantisme. Nous atteingons l'extrêmité de l'arête et parvenons à un deuxième col. Si nous poursuivons, nous allons remonter vers un autre sommet et nous éloigner du glacier. Nous n'avons plus d'autre alternative que d'emprunter le couloir d'éboulis qui se présente à nous. Toby ne fait plus d'histoires à présent, il est parfaitement aguerri aux spécificités du terrain montagneux. Mika s'engage le premier, suivi de Xavier. Nous suivons leurs pas tour à tour. Le versant est très raide et des pierres dégringolent de temps à autre. Soudain, alors que le groupe arrive à mi-pente, un pan entier du pierrier se met en mouvement et glisse inexorablement vers au fond du couloir tel un manteau de neige entrainé par une avalanche de fond. Tout le monde s'immobilise sous les ordres de Mika, en attendant que le glissement se stabilise et s'interrompe enfin. L' alerte passée, Nous nous hâtons de terminer la descente afin de rejoindre au plus tôt la glace et nous mettre à l'abris d'un nouvel éboulement.

Nous prenons enfin pied sur le Grete Glesher, immense, d'une blancheur cristaline, sans doûte le plus beau glacier de notre voyage. Comme toujours, nous abordons le début du glacier avec prudence. De la neige est encore présente et dissimule les nombreuses crevasses. Toby n'aime pas être attaché avec son ''harnais'' bricolé et refuse régulièrement d'avancer en se laissant trainer par Mika sur la glace devant nos regards amusés. La neige disparaît et cède peu à peu sa place à la glace vive, nous mettant ainsi hors de danger car les crevasses sont à présent parfaitement visibles. Sur le bas, le glacier est parsemé de bédières. Ces torrents aux eaux bleutées qui se forment sur la glace lors de la fonte du glacier, dégagent une puissance impressionnante. L'eau gronde et vibre sous nos pieds, insuflant la vie à toute cette masse de glace inerte. La vie, qui se résume à bien peu de choses dans ces contrées extrêmes, ne doit son salut qu'à la présence des millions de litres d'eau contenue au coeur des glaciers. Tout ce ruissellement est à l'origine de la formation des vastes bassins sédimentaires situés au bas des vallées glaciaires et composés du limon qui fertilise les sols sur lesquels pourront se développer lichens, mousses ou autres bouleaux nains qui constituent la toundra. Sans les glaciers, il n'y aurait pas de vie. Je comprend soudain combien les glaciers polaires sont précieux à la planète, car en plus de constituer la plus importante réserve d'eau douce du globe, ils ont un rôle majeur dans la régulation de la température des masses d'air et par conséquent sur le climat . Les glaciers constituent un patrimoine essentiel dont la disparition affecterait l'humanité toute entière.

Après quatre longues heures de marches nous atteignons la moraine. Nous avons descendu les deux tiers de la langue de glace, mais nous décidons de changer notre parcours initialement prévu. Au lieu de descendre la totalité du glacier, nous préférons remonter vers un vaste dome débonnaire aperçu lorsque nous étions plus haut sur le glacier et dont l'accès est harduement défendu par une longue épaule très pentue qu'il va nous falloir remonter. En reprenant de la hauteur, nous espérons ainsi profiter une dernière fois de l'extraordinaire vue sur les montagnes du Liverpool avant d'entamer notre retour sur Ittoqqotoormiit par la rive Est du Hurry Fjord.

Lire la suite...

 

DSC05310.JPG
http://lh6.ggpht.com/_GeYAyGGqroY/TF-6iA-q9vI/AAAAAAAAENM/AVt84nWSERE/s512/RIMG0514.JPG
http://lh5.ggpht.com/_GeYAyGGqroY/TF-6wf1kv6I/AAAAAAAAEPI/gP1MgqgaWoQ/s800/RIMG0546.JPG
http://lh5.ggpht.com/_GeYAyGGqroY/TF_HhnpHP_I/AAAAAAAAEQs/ElIFOfdElrk/s640/RIMG0560.JPG
DSC05344.JPG

 

 
 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

L' Auteur De Ce Blog

  • Frédéric HUILLET
  • Membre du club Alpin Français.
 Passionné de montagne et de terres polaires.
  • Membre du club Alpin Français. Passionné de montagne et de terres polaires.

 

Présentation

Nous sommes sept à avoir vécu cette aventure unique en terre de Liverpool, ce massif montagneux de la côte est du Groenland. Sept à avoir vécu l' expérience Groenlandaise en totale autonomie pendant ces deux semaines qui resteront gravées à jamais dans notre mémoire. La concrétisation d'un rêve qui a été rendu possible grâce à l'agence Terres Oubliees et surtout grâce à Michael Charavin, notre guide au coeur de cet environnement à la fois grandiose mais si loin de tout...

 

Quand on évoque le Groenland, bon nombre de personnes s'imaginent souvent des vastes étendues de glace parfaitement planes. Si c'est le cas pour 85% de la surface de ce vaste pays de plus de 2 millions de km², il en est tout autrement pour la totalité de la côte groenlandaise, ceinturée par une haute chaine de montagnes culminant à plus de 3700m d'altitude et emprisonnant l'inlandsis, calotte glaciaire de près de 3000m d'épaisseur qui recouvre tout le centre du pays. La population composée essentiellement d'Inuits et de Danois, vit concentrée sur la côte ouest qui bénéficie de températures plus ''douces''. La côte est, plus froide en raison d'un courant descendant du pôle, ne regroupe que quelques villages distants entre eux de plusieurs centaines de kilomètres. 

 

C'est justement sur cette côte est que s'est déroulé notre périple, plus particulièrement dans le LiverpoolLand, massif montagneux situé au coeur du Scoresbysund,  complexe de fjords le plus grand de la planète. Nous avons réalisés deux boucles en autonomie au départ d' Ittoqqortoormiit, petit village de 500 habitants, le dernier village de la côte est. Le poids des sacs étaient d'environ 25kg, et nous avons réalisé au total 12 étapes variant en moyenne de 6 à 8h de marche par jour (la plus longue fut de 10h), enchainant pierriers, névés, glaciers, haute montagne, toundra et torrents glacières. Les déchets ont été rapportés à Ittoqqotoormiit. Les liaisons en avion et en hélicoptère que nous avons effectué au Groenland sont des lignes régulières. Ces lignes sont indispensables aux Inuits, elles sont leur unique lien avec le monde, et permettent d'acheminer en plus des personnes, le courrier et des produits frais complétant ainsi les deux seuls ravitaillements annuels pouvant être fait par bateau (la mer n'est navigable que pendant deux mois en été en raison de la banquise qui est présente le restant de l'année).

 

Ce voyage fut riche de rencontres, d'émotions, et d'imprévus...dans des paysages immenses. Alors fermez les yeux et laissez vous transporter par ce récit.

Bienvenue sur ''la terre des hommes'' (Kaalalit Nunat, nom inuit du Groenland), bienvenue au Groenland...

accédez au carnet de voyage

Recherche

Référencement


Paperblog