Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

Il nous aura fallu deux jours pour atteindre la ''plage'' d'Ittoqqortormiit où nous nous étions installés lors de la journée de repos. Les deux dernières étapes se sont déroulées sur un terrain plutôt facile avec peu de relief mais encore quelques passages à gué. La montagne est derrière nous. Les pauses ont été plus longues et plus nombreuses que d'habitude, dans nos têtes l'aventure est déjà terminée. La fatigue se lit sur nos visages. Nous avons établi une dernière fois notre campement face à la mer du Groenland. Des icebergs lointains dérivent dans les eaux profondes du fjord. Ce dernier repas sera l'occasion de fêter la fin de notre périple. Aussi, nous décidons de nous rendre à la supérette d' Ittoqqortoormiit afin d'acheter du pain, des yaourts, des fruits et de quoi compléter nos rations pour ce dernier repas sur le sol groenlandais.

Un énorme bateau de croisière mouille dans le ''port'' du village et des canots pneumatiques sont en train de débarquer pas moins de quatre-cents touristes dans le village. Les croisières polaires ont le vent en poupe, et même à ces lattitudes extrêmes où l'homme s'aventure peu, on n' échappe pas à l' implacable logique commerciale du tourisme de masse. Le bateau transporte des allemands, qui après avoir fait escale au Spitzberg, achèvent leur séjour sur la côte groenlandaise. Ils sont tous vêtus avec la même parka rouge portant le logo de leur tour-opérateur. Ils déambulent dans Ittoqqortoormiit, leur plan à la main, essayant de s'orienter comme ils le peuvent tout en subtilisant quelques scènes de la vie quotidienne des Inuits avec leur appareil photo. Pour nous, ce dur retour à la civilisation est vécu comme une agression. Nous avons passé deux semaines totalement coupés du monde, à vivre au plus près de ce paysage hors du temps, mais nous réagissons comme si nous avions toujours vécus ici. Je ressens un certain malaise face à cette scène invraissemblable. Pourtant on ne peut blamer leur présence, ils ont tout autant que nous le droit d'être ici. D'ailleurs, ne sommes nous pas perçus nous même comme des touristes aux yeux des Inuits? Le tourisme, bien qu'encore au stade embryonnaire dans ces contrées, ne permet il pas d'alimenter l'économie locale d'un pays qui ne dispose d'aucunes ressources hormis les maigres revenus dégagés de la pêche et de la chasse et toujours dépendant économiquement du Danemark? Autant de questions que la présence de ce bateau soulève.

C'est la fin de la journée, le calme est revenu au village. Nous avons regagné le campement de la ''plage'' avec notre précieux butin de produits frais. Guillaume décide de partir en quête de bois flotté. Ce soir le ciel est triste. De gros nuages noirs venus de la mer s'amoncèlent au-dessus de la baie d' Ittoqqortoormiit, tel un rideau tombant sur scène à la fin du dernier acte. L'aventure est belle et bien finie. Il fait froid et le vent souffle fort, la chaleur d'un feu sera la bienvenue. Malgré le froid, nous veillerons tard ce soir, refaisant le monde autour d'une bouteille de vin australien que Serge a dégoté à la supérette. Nous resterons jusqu'à la dernière flamme, comme pour retenir encore un peu le temps dont le cours nous rapproche un peu plus à chaque instant de la France.

 

Lire la suite

 

http://lh3.ggpht.com/_GeYAyGGqroY/TF_H3TDWscI/AAAAAAAAET8/bjnvObplyr0/s912/RIMG0665.JPG

http://lh5.ggpht.com/_GeYAyGGqroY/TF_H4ZogqLI/AAAAAAAAEUE/CxorlP1iSdQ/s640/RIMG0666.JPG

DSC05605.JPG

 

 

DSC05627.JPG

DSC05632.JPG

Partager cette page

Repost 0
Published by

L' Auteur De Ce Blog

  • Frédéric HUILLET
  • Membre du club Alpin Français.
 Passionné de montagne et de terres polaires.
  • Membre du club Alpin Français. Passionné de montagne et de terres polaires.

 

Présentation

Nous sommes sept à avoir vécu cette aventure unique en terre de Liverpool, ce massif montagneux de la côte est du Groenland. Sept à avoir vécu l' expérience Groenlandaise en totale autonomie pendant ces deux semaines qui resteront gravées à jamais dans notre mémoire. La concrétisation d'un rêve qui a été rendu possible grâce à l'agence Terres Oubliees et surtout grâce à Michael Charavin, notre guide au coeur de cet environnement à la fois grandiose mais si loin de tout...

 

Quand on évoque le Groenland, bon nombre de personnes s'imaginent souvent des vastes étendues de glace parfaitement planes. Si c'est le cas pour 85% de la surface de ce vaste pays de plus de 2 millions de km², il en est tout autrement pour la totalité de la côte groenlandaise, ceinturée par une haute chaine de montagnes culminant à plus de 3700m d'altitude et emprisonnant l'inlandsis, calotte glaciaire de près de 3000m d'épaisseur qui recouvre tout le centre du pays. La population composée essentiellement d'Inuits et de Danois, vit concentrée sur la côte ouest qui bénéficie de températures plus ''douces''. La côte est, plus froide en raison d'un courant descendant du pôle, ne regroupe que quelques villages distants entre eux de plusieurs centaines de kilomètres. 

 

C'est justement sur cette côte est que s'est déroulé notre périple, plus particulièrement dans le LiverpoolLand, massif montagneux situé au coeur du Scoresbysund,  complexe de fjords le plus grand de la planète. Nous avons réalisés deux boucles en autonomie au départ d' Ittoqqortoormiit, petit village de 500 habitants, le dernier village de la côte est. Le poids des sacs étaient d'environ 25kg, et nous avons réalisé au total 12 étapes variant en moyenne de 6 à 8h de marche par jour (la plus longue fut de 10h), enchainant pierriers, névés, glaciers, haute montagne, toundra et torrents glacières. Les déchets ont été rapportés à Ittoqqotoormiit. Les liaisons en avion et en hélicoptère que nous avons effectué au Groenland sont des lignes régulières. Ces lignes sont indispensables aux Inuits, elles sont leur unique lien avec le monde, et permettent d'acheminer en plus des personnes, le courrier et des produits frais complétant ainsi les deux seuls ravitaillements annuels pouvant être fait par bateau (la mer n'est navigable que pendant deux mois en été en raison de la banquise qui est présente le restant de l'année).

 

Ce voyage fut riche de rencontres, d'émotions, et d'imprévus...dans des paysages immenses. Alors fermez les yeux et laissez vous transporter par ce récit.

Bienvenue sur ''la terre des hommes'' (Kaalalit Nunat, nom inuit du Groenland), bienvenue au Groenland...

accédez au carnet de voyage

Recherche

Référencement


Paperblog